Ma première victoire !!!!

Ce Dimanche matin, direction le petit village de Mimet pour la 7e édition du trail de Mimet. Une belle fête au programme avec trois courses dont le 11kms où j’ai décidé de m’aligner en prépa du trail court du mont Aurélien qui aura lieu le weekend prochain à Trets. Cette course est l’occasion de me tester sur des sentiers alliant vitesse, technicité et dénivelé sur le superbe site du massif de l’Etoile.

mimet-vigieJ’ai débuté le trail il y a bientôt trois ans et on peut dire que je suis devenu bien accro ! Je fais beaucoup de courses et je suis termine souvent dans les 10% cependant que trop rarement sur la boite (deux podiums en presque 3 ans !) donc mon objectif aujourd’hui est le même que d’habitude, faire un podium. Vers 9H30, alors que je m’échauffe et que ma femme et ma fille se rapprochent de la ligne de départ je suis trés loin de m’imaginer ce qui va m’arriver ….

Après environ 20 minutes d’échauffement je me dirige vers la ligne de départ et fais un dernier bisous à ma femme et ma fille qui me souhaitent une belle course ! Il fait beau. Les coureurs du 28 et du 44 sont partis depuis déjà quelques heures. Je croise mon ami Nicolas Bonte d’Endurance Shop avec qui nous échangeons quelques mots. Kamel Amiri lui se charge de mettre l’ambiance et communique sa bonne humeur au quelques 200 coureurs.

Depuis le village de Mimet – plus haut village des Bouches-du-Rhône – un magnifique panorama s’offre à nous et il suffit de lever la tête pour apercevoir la vigie et le pilon du Roi qui nous contemplent majestueusement. La montée s’annonce rude avec 625D+ sur un peu plus de 11kms, ca va piquer !

IMG_0522

Voici dans les grandes lignes le profil de la course : une première boucle dans le village d’environ 1 km puis la montée à la vigie jusqu’au km5, ravito, arrivée au sommet et 3kms de crêtes jusqu’au km8, puis redescente jusqu’au village avec deux petits tapes cul et petite descente technique et route faux plat descendant jusqu’au village.

mimet-movescount

mimet-movescount2

Le départ est donné, je pars fort mais sans plus.

IMG_7787

Après une première boucle dans le village je me retrouve en tête avec deux coureurs. Nous repassons sous l’arche de départ en direction de la vigie sous les applaudissements des spectateurs et de ma femme Myriam qui je crois hallucine à ce moment là de me voir en tête (lol).

IMG_1217

Le peloton s’est étiré et la course peut vraiment démarrer.

A ce moment là je me dis que je suis parti trop fort, mais sachant que la course ne fait que 11kms pas le temps de cueillir les asperges !! Dans une heure nous serons arrivés !! C’est à bloc !! J’hallucine moi aussi d’être en tête, c’est génial, j’ai toujours rêvé de courir en tête et c’est en train de m’arriver. Les jambes répondent présentes et je savoure chaque foulée.

Après environ 2 kms de course nous formons un groupe de trois coureurs au moment d’aborder la principale difficulté de la course, la montée à la vigie. Toujours devant. Cool. J’alterne mains sur les genoux et mains sur le front pour essuyer la sueur, je relance sur les parties en faux plat pour essayer de faire l’écart. Un coureur nous lâche et nous sommes plus que deux. Nous tenons une bonne allure.

Arrivée au ravito, je décide de prendre 5secondes, mon acolyte ne s’arrête pas et me prend une vingtaine de mètres d’avance. Tant pis, il fait chaud, je ne vais pas risquer une hypo et décide d’assurer le coup avec un bon verre d’eau. Je pense alors ne pas le revoir mais je me trompe, lui aussi est dans le dur et le verre d’eau aidant, j’arrive à recoller, nous sommes de nouveau ensemble au sommet !

Encore 6 kms de course dont environ 3 de crêtes et 3 roulants. Je sens qu’il peut se passer quelque chose, mais il va falloir attaquer, et ca va piquer !!! Il y a encore 30 minutes gagner une course était inimaginable. Mais la donne a changée car je suis en tête à mi-parcours. Ça peut le faire !!! Le fait d’imaginer la possibilité d’arriver en tête au dernier virage me met alors dans un état complètement euphorique. Combien de fois j’ai pu rêver en regardant des vidéos de Kilian Jornet et autres stars du trail. Aujourd’hui c’est moi qui suis en tête, je me dis que cette opportunité ne se représentera peut être plus jamais, je suis prêt à me mettre à l’envers mais je compte bien tout donner pour gagner.

Je colle mon concurrent et je reprend un peu mon souffle avant d’attaquer. Avant d’attaquer il me propose de passer devant, je m’exécute sans réfléchir. Prise de risque maximum, j’attaque sur chaque foulée sans me retourner, on verra bien s’il arrive à suivre. Je dépasse régulièrement des concurrents du trail long qui me laisse passer. Je n’arrête pas de me répéter que je suis en tête. « Tu es en tête, tu es en tête, tu es en tête… » LOL. Arrivée en bas de la crête je me retourne, plus personne. Hummmm c’est bon ca !!

Si je ne fais pas d’erreur, je crois bien que je gagne !!! Je croise un pote du club en vélo qui est venu nous encourager (Julien Caillet) et qui je crois n’en revient pas de me voir débouler en tête, il m’encourage mais je le sens pas trés convaincu ! 🙂

Je serre les dents, j’approche de l’arrivée et tous les gens que je croise m’encouragent, à moins d’un kilomètre de l’arrivée je comprends alors que je vais gagner, j’ai des frissons amplifiés par les applaudissements sur le bord de la route.

J’aperçois à 200m le dernier virage, je me retourne une dernière fois, toujours personne, ca y est c’est sur je vais gagner. Les gens m’applaudissent, c’est con mais j’ai presque envie de pleurer, je suis dans une euphorie sans pareille et savoure chaque instant de ces derniers mètres qui me rapproche de la ligne.

Dernier virage, je n’oublierai jamais ce moment, je vois ma femme et ma fille, je suis tellement fier.

Photo TDM 2015 (271)Je m’allonge par terre après la ligne d’arrivée et réalise que je viens de gagner le 11 kms de Mimet de cette édition 2015.

Photo TDM 2015 (273)Certains diront peut-être qu’il n’y avait pas un énorme niveau ce jour là sur le 11kms, c’est sans doute vrai, si certains traileurs s’étaient présentés je n’aurai sans doute pas gagné, c’est sans doute vrai aussi mais en attendant j’ai gagné et cette victoire personne ne me l’enlèvera jamais !

IMG_3667mimet-classement

Publicités
Publié dans Non classé | 12 commentaires

Trail nocturne Géménos

Rendez vous une fois de plus au trail nocturne de Gemenos. Il s’agit de ma deuxième participation. Je garde un excellent souvenir de l’édition 2013 qui était mon premier trail nocturne (2013) et où j’avais eu de très bonnes sensations. Au programme un aller retour à la vigie depuis la place de la mairie via la fôret pour un total d’environ 16kms et 750D+… Au clair de lune …..

Tout m’avait plu l’année dernière: l’ambiance au départ, l’organisation, le parcours, la montée à la vigie, la descente technique en single, les nombreuses relances en sous bois et le fait que les frais d’inscription soit entièrement reversés au Téléthon… J’avais eu des cuissots de feu et d’excellentes sensations, et la frontale de nuit m’avait donné une impression de vitesse incroyable ! Mon temps en 2013: 1h21’16 et donc mon objectif pour cette année serait de faire au moins aussi bien  (j’avais terminé 10e scratch sur 243 et 5e senior) même si cela s’annonce compliqué au vu des prévisions météo.

J’ai tellement parlé de cette course aux collègues du club (Triathlaix) que nous avons envoyé une délégation de 12 coureurs. L’année dernière j’avais fais la connaissance d’un très bon coureur et super gars (Fred Prost –  qui tient d’ailleurs un blog sur WordPress avec de très beaux récits de courses https://fredprost.wordpress.com/). Nous avions bataillés dur dans la 2e partie de course avant qu’il ne place une attaque dévastatrice à 3 kms de l’arrivée à laquelle mes cuissots avaient répondus en se transformant en mousse. Nous avons échangés avant la course et notre participation à tous les deux est confirmée. Un de mes objectif ce Samedi est donc de prendre ma revanche sur Fred d’autant plus que je pense avoir progressé depuis un an. Il sait que je mouiller le maillot ! (lol)

Nous avions eu beaucoup de chance l’an passé avec un beau ciel dégagé même si le froid nous avait piqué les joues. Nous avions pleinement profité de la pleine lune. Ça rigole moins Samedi quand nous constatons la météo !! Pluie, froid et gadoue et brouillard sont au programme. Des trombes d’eau s’abattent sur le pare-brise de la voiture d’Antoine alors que nous nous rendons à Gémenos par l’autoroute. On fait quelques blagues en pensant aux conditions qui nous attendent.

Vérification de dernière minute sur le site de l’événement: la course est maintenue. Nous arrivons sur place et profitons de la bonne ambiance de la salle des fêtes où les coureurs et organisateurs sont regroupés. L’odeur de la soupe à l’oignon et du vin chaud me passe sous le nez et je me laisserai bien tenter mais restons sérieux un combat nous attends ! Le temps de se changer, de discuter du profil, de vérifier nos frontales, de s’échauffer un peu et go ligne de départ, il est 17H25.

Je n’aperçois pas Fred et en le cherchant du regard je constate que nous sommes beaucoup plus nombreux que l’an passé, j’apprendrai par la suite que nous étions plus de 400 contre 250 l’an dernier. Mon ami Pascal Armand du Triathl’aix m’attends au tournant. Que je vous explique. Nous avons à peu près le même niveau en CAP et lors de nos deux dernières courses je l’ai doublé au rupteur dans les 100 derniers mètres, du coup aujourd’hui son objectif est de me faire tomber !! (lol)

Je sais qu’un combat se prépare et que je vais devoir tout donner et je sais que je vais finir dans le rouge !! Mais c’est pas grave on est la pour çà et maintenant il faut répondre présent !!

17h30 je me place en 3e ligne. GO ! Le départ est donné sous la pluie, ça part fort et mon cardio prend sa dose de watt. J’avais prévu de faire le début de course avec mon pote Greg Terzian qui est un très bon coureur mais au bout de 50m et avec la pluie je l’ai déjà perdu. Pas grave on se retrouvera pendant la course. Un bon km de route puis  virage en angle droit à droite et 1er raidar sur bitume, virage à gauche une bonne minute plus tard et début du sentier, les sensations sont bonnes et les cuissots répondent présent (pour l’instant) mais pas de panique, la course est longue.

Les flaques et la gadoue aussi ont répondus présentes et avec la pluie je constate que ma frontale Petzl Tikka2 110 lumens n’est vraiment pas suffisante, j’ai une très mauvaise vision et perd du temps en regardant à chaque foulée où je pose le pied. Ca fonctionne bien s’il ne pleut pas mais sous la pluie c’est la catastrophe. Mon prochain investissement sera une vraie frontale mais la il est trop tard pour faire un tour chez Endurance Shop.

La montée à la vigie se fait doucement mais surement. La montée consiste en un DFCI entrecoupé de petits raidars en single ou certains mettent les mains sur les genoux, ce qui est d’ailleurs mon cas pour m’économiser. Peu avant l’arrivée au sommet je me fais doubler par Pascal qui me glisse un petit mais sournois « oh Antoiiine » ça me pique mais je connais la course et je sais qu’il reste pas mal de temps pour revenir sur l’asticot, je continu donc mon ascension sur la même allure. Après bientôt 30minutes de course j’arrive au sommet avec 1 minute de retard sur mon temps de l’année dernière.

Pas le temps de poster une photo sur Facebook ni d’apprécier le paysage à la vigie sinon je ne reverrai jamais ce petit coquin de Pascal !! Toujours pas de Fred en vu non plus, bon allez maintenant faut vraiment lâcher les chevaux d’autant plus qu’une belle descente nous attends. Le problème c’est que nous sommes en plein dans les nuages, visibilité réduite, je ne vois rien à plus de 3m, grosse densité d’humidité, dés que j’accélère mes yeux se remplissent d’eau, je vois trouble et je suis alors obligé de m’essuyer les yeux toutes les 5 secondes à ce moment de la course, ce qui me ralentit pas mal. Ca plus la faible intensité de ma frontale, il faudra faire attention si j’accélère, mais j’ai de bonnes jambes et la décision est déjà prise !!

Je rejoins un groupe de coureurs qui s’est formé à l’entrée du single, et j’aperçois Pascal en grande concentration. Je me cale derrière le groupe remonte doucement sur Pascal dés qu’un espace se profile en annoncant des « Gauche! » et « Droite! ». Ca va très vite et je remarque qu’un coureur une dizaine de mètres devant fait la même chose. Je prend pas mal de risques. Je double Pascal et rejoint ce coureur très agile, qui a clairement lâché le frein à main et qui sans se retourner me dit: « Antoine ? C’est toi ?! » ni une ni deux j’ai compris qu’il s’agissait de Fred, le Kilian Jornet de la Sainte Victoire. Il descend très vite en faisant plein de petit pas, je m’accroche et à la sortie d’un virage je m’apercois qu’il n’y a plus de lumière derrière nous, nous avons distancés le petit groupe.

S’en suit environ 1minute de régal, Fred devant moi fait fumer les S-Lab !! De la descente rapide et technique mais aussi une grosse prise de risque, Fred me dit qu’il me sent en forme, je lui répond que moi aussi je le trouve en forme, nous rigolons et je lui annonce que je suis content de faire un bout course avec lui. Fred est vraiment un bon coureur. Je me prend alors à rêver d’une fin de course au sprint, malheureusement la prise de risque me rappelle à l’ordre et mon pied glisse sur un rocher. Ma cheville se tord et j’entends un gros craquement. *#! »é #%* !!!!!!!!! …. C’était trop beau ! Je dis à Fred de ne pas m’attendre. A ce moment là je ne sais pas trop quoi faire alors je ralenti un peu pour réfléchir, je réfléchi, je jauge la douleur, et me dit qu’après tout il faudra retourner au village alors autant continuer même si je sais désormais qu’il faut oublier la perf aujourd’hui …

Je m’accroche, personne dernière ni devant, je sais que je perd du temps car je suis désormais prudent dans la descente… Le groupe de coureur revient logiquement sur moi et me double un à un et je me dis que Pascal ne va pas tarder. Fin du single et début du DFCI vers le 9e kilomètre, désormais plus de difficultés techniques si ce n’est une alternance de montée et descente en sous-bois.

Dés qu’un coureur me double je me dit pourvu que ce ne soit pas lui ! Je sais que je ne rattraperai jamais Fred mais j’ai une chance de finir devant Pascal ! Alors je garde le moral et reprend un rythme de course même si ma cheville me fait un peu mal sur certains appuis.

Fin du DFCI, arrivée sur le bitume au « Super-Gemenos » lotissement sur les hauteurs du village. Encore un bon km de route en descente puis ce sera l’arrivée. Je tiens un bon rythme mais je sais que Pascal peut arriver à tout instant !! Dernier virage… 400m de l’arrivée, je regarde une dernière fois dans le retroviseur, noooooon ce n’est pas possible !!!!! Pascal en mode machine de guerre la bave au coin de la bouche plus motivé que jamais pour me doubler !! Début de sprint mais énorme accélération de Pascal qui monte les genoux au niveau de la poitrine en mode Gebresselassié !! Je n’arrive pas à m’accrocher !!

Pascal fini 6 secondes devant moi et nous affalons après la ligne d’arrivée !! Je suis content pour lui car il mérite sa victoire par contre à l’heure qu’il est je pense qu’il est encore en train de raconter l’histoire à tout Aix en Provence !! … Nous nous félicitons mutuellement à l’arrivée et reprenons notre esprit dans la salle des fêtes autour d’un bon vin chaud…

Malgré la cheville, cela aura été une fois de plus un super moment. J’ai déjà pris rendez-vous avec Pascal et à Fred pour l’année prochaine, je reviendrai entrainé et motivé ….pour les battre !!

Bravo aux organisateurs et aux bénévoles sur le parcours qui nous ont encouragés sous la pluie et le froid. Une organisation et un évènement sans faille, qui plus est pour la bonne cause, le Téléthon. Je ne suis pas un grand écrivain comme vous pouvez le constater mais je tenais à faire un récit de cette course qui est désormais pour moi un évènement incontournable de mois de Décembre.

Nos résultats:

– Prost Frederic 17e et 9e V1H => 1:22’16

– Pascal Armand 23e et 9e SEM => 1:24’38

– Antoine Djerrou (moi lol) 24e et 10e SEM => 1:24’44

– Terzian Gregory 35e et 15e SEM => 1:27’04*

Résultats complets: http://jsdcourse.com/2014/12/07/resultat-2014-trail-nocturne-de-noel-gemenos/

A bientôt sur les sentiers  !! 🙂

20141206_153422

Antoine

Publié dans Non classé | 2 commentaires

11kms de la Saint-Antoine à Plan de Meyreuil

Ce Samedi 7 Juin à Plan de Meyreuil avait lieu la traditionnelle course pedestre de la Saint Antoine, déclinée, chose nouvelle depuis cette année, en deux formats, une course de 6kms et un parcours de 11kms avec environ 200D+ sur lequel j’ai décidé de m’aligner.

steantoine_06

J’étais déja présent l’année dernière mais en tant que spectateur, installé au dernier virage avant l’arrivée, j’encourageais les coureurs sur les 100 derniers mètres. A l’époque Nicolas Navarro (CAP Garonne) s’était imposé assez facilement en 38’33 devant Noredine Kamil (Aix Athlé Provence) en 39’26.

Toujours dans le cadre de ma préparation pour le marathon du Mont-Blanc prévu le Dimanche 29 Juin (42kms 2500D+) je décide d’intégrer cette course de côtes pas loin de chez moi comme une bonne sortie au seuil, un peu de vitesse me fera le plus grand bien.

J’enfile short, débardeur, Salomons, casquette, lunettes, direction plan de Meyreuil en famille avec ma femme et ma fille .

Nous arrivons sur place et je constate que le mois de Juin est bien en place, nous nous mettons immédiatement à la recherche  d’un coin à d’ombre. Je n’avais pas le souvenir d’une telle chaleur l’année dernière !

Je retire mon dossard et chose sympa, on remet à chaque coureur un panier de produits cosmétiques, ca change un peu des T-shirts qui débordent dans les armoires… Je rencontre alors Julien Devanne, un ami du Triathl’aix et jeune coureur hors pair (30’40 sur 10kms) qui va jouer les avants-postes! Malheuresement pour lui, nous croisons quelques minutes plus tard le kenyan Edouard Kimosop, toujours grand sourire, qui lui non plus n’est pas venu pour faire de la figuration. Un duel s’annonce donc et la course promet d’être belle !

Il doit être 18H15 quand nous partons nous échauffer avec Julien, beaucoup reconnaissent Julien et je me sens d’ailleurs fier d’effectuer quelques foulées à coté du possible vainqueur. Il impose d’ailleurs un rythme trés soutenu dés l’échauffement sans doute trop rapide pour moi ! Il fait encore trés chaud et à 20 minutes du départ je le laisse aller faire ses dernières accélarations. J’en profites pour aller m’hydrater à l’ombre une dernière fois.

Direction la ligne de départ, pas d’objectif particulier aujourd’hui mais au vu du plateau un top 20 serait un trés bon résultat. Aujourd’hui, on fera à la sensation. Je me positionne en 3e / 4e ligne, je sais que le départ va être rapide car le 6 et le 11 kms partent en même temps. Le speaker fait un discours inaudible car son micro ne fonctionne pas, j’apercois en haut des marches Olivier Dominguez du Triathl’aix venu en spectateur qui immortalise le moment:

steantoine_07

Quelques secondes s’en suivent, les coureurs s’apprêtent à déclencher leurs chronos et le responsable de course donne le départ ! GO ! Nous jouons des coudes et la course est lancée.

Une première boucle dans le village et nous repassons par la ligne de départ – plus étirés cette fois – au plaisir des spectateurs qui peuvent aisaiment identifier leurs proches et leurs resouhaiter une bonne course:

steantoine_08

S’en suivent alors 2 kms de bitûme, les 3 premiers sont kms sont trés rapides et je me rends compte que j’ai bien fait de mettre ma casquette vu la chaleur !

J’arrive au 3e km en 12 minutes soit 4 au kilo nous sortons alors de la route pour emprunter un chemin en terre sur notre droite où nous attends quelques mètres plus loin la montée du teril, principale difficulté de la course avec environ 80D+ sur 900m.

Au bout le 1er ravito et la séparation entre les deux parcours.

Je monte au train en essayant de ne pas me mettre trop dans le rouge et arrivé en haut direction à gauche pour moi et pour les courreurs du 11 kms, je ne sais pas du tout si je suis bien placé. Je prends quand même le temps de boire et de me renverser un verre d’eau sur la tête car il fait trés chaud.

steantoine_01

S’en suivent environ 5kms assez roulants dans la colline avec quelques petites relances à l’ombre des arbres. A ce moment là je me prends mon rythme et vois défiler des montées et descentes avec beaucoup de relances, j’adore, ca va vite, mais je garde des forces car je sais que le plus dur reste à venir, 3kms sur route pour finir et cerise sur le gateau en plein cagnard !

steantoine_02

Nous sortons des bois, il reste donc 3 kms et j’apercois en petit et au loin, en haut d’une côte, une vingtaine de spectateurs qui encouragent avec grande ferveur les coureurs qui passent avec difficulté ce coup de cul.

steantoine_03

Ambiance incroyable au milieu du parcours, mais qui est ce groupe ??? On se croirait à Zégama dans la peau d’un Mitch Lanne ou encore un cyclise dans le dur et en danseuse dans l’Isoard pendant le tour de France! On m’arrose et on m’encourage fortement, cela me rebooste à moins de 3 kms de l’arrivée. Le moment redouté est arrivé, je décide de me mettre dans les pieds d’un coureur et de ne pas le lacher !

Ne surtout pas lever la tête pour regarder au loin, juste fixer les mollets !! Nous nous encourageons mutuellement, je regarde alors ma montre qui affiche les 14 km/h, le rythme est bon, nous tenons, jusqu’à l’arrivée au village où un bénévole nous annonce les 500 derniers mètres.

steantoine_04

C’est le moment de donner la dernière accélération, le coureur avec qui j’étais me fais comprendre qu’il ne suivra pas. J’apercois un coureur devant à moins de 50m et je me dis que je pourrais gagner une place, mais nous sommes à seulement 200m de l’arrivée, je place donc un sprint sous l’encouragement de la foule:

steantoine_09

Le coureur entends comprends que quelque chose se passe et en se retournant il m’apercois en mode Christophe Lemaitre dans le dur lol ! Nous sprintons tous les deux mais meme si je suis déja lancé il a 10 bons mètres d’avance sur moi que je n’arriverai jamais à rattraper. Je finis quelques centimetres derrieres lui, dommage mais j’aurai essayé !!

Je passe la ligne, arrête ma montre, nous nous félicitons de ce sprint avec le coureur (Cédric VILLA de Pelissane) ainsi que le coureur de derrière avec qui j’ai fais les 3 derniers kms (Fabien GAILLARD) puis je me dirige droit vers la fontaine du village qui est à quelques mètres et sans me poser de question je plonge la tête dans l’eau fraiche !… Imaginez le bruit d’ une poele bouillante passée sous l’eau froide ! Trop boooonnnn !!

Direction le ravito pour récupérer des forces et surtout demander …. qui à gagné la course. On m’annonce la victoire d’ Edouard Kimosop avec plus d’une minute d’avance sur Julien Devanne que je m’empresse d’aller féliciter. Il me dit qu’il est passé en tête au sommet (km 4) mais qu’après avoir senti ses jambes lourdes il à du laisser passer Edouard qu’il n’a pas réussi à rattraper…

Quand à moi, je finis 23e scratch en 47’40 avec une moyenne de 13,72km/h, j’aurai espéré faire mieux mais au final pas si mal pour un bon entrainement… Voici mes temps de passage ainsi que le tracé Movescount / Strava:

steantoine_05

Une course trés sympa où je serai surement présent l’année prochaine ! Maintenant retour à l’entrainement pour la prépa du Mont-Blanc…

A bientot

Antoine

NB: Site de la course et credits photos http://saint-antoine.skyrock.com/1.html

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire